Au bonheur des lâches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 28 novembre 2010

148 - Complicités

« Les individus qui utilisent les mécanismes pervers narcissiques (mécanismes p.n.) sont ceux qui, sous l'influence de leur soi mégalomane, essaient de créer un lien avec un deuxième individu, en s'attaquant tout particulièrement à son intégrité narcissique afin de le désarmer. Ils s'attaquent aussi à l'amour de soi, à la confiance en soi, à l'estime de soi et à la croyance en soi de cet autre. En même temps, ils cherchent, d'une certaine manière, à faire croire que le lien de dépendance de l'autre envers eux est irremplaçable et que c'est l'autre qui le sollicite. L'autre incorpore cette idée. Chez lui, ce lien de dépendance tend à se substituer à son lien intrapsychique normal soi-moi, ce dernier lien étant celui qui s'établit entre le soi qui pondère ou estime, comme un miroir, les qualités et les attributs et le moi lui-même.

De ce fait, la relation entre le pervers et son objet (extérieur) devient un miroir négatif : le narcissisme positif de l'autre est mis sans arrêt en danger, faussé et disqualifié par le pervers narcissique. Ce qui devrait être un amour de soi chez l'autre devient une constante réactivation du sentiment de non-amour de soi. Ce qui devrait être occupé par la constitution de son espace intrapsychique est occupé par la destruction de cet espace, lequel est remplacé par une pseudo-spatialité interne où la pensée ne parvient pas à devenir symbolique.

Ces derniers (l'objet du p.n.) consultent parfois pour inhibition intellectuelle, ils se voient souvent peu intelligents ou peu éveillés. Ils semblent malhabiles, distraits, absorbés par des pensées, présentant la même indifférence craintive que des délirants secondaires du couple de « la folie à deux ». Ils attendent que le clinicien les disqualifie et vont même provoquer cette disqualification par des passages à l'acte soigneusement agencés.

On n'obtient pas de précisions sur les débuts du lien entre le pervers narcissique et son objet, ou qui a cherché qui. Quand nous rencontrons l'objet du pervers narcissique, nous le sentons très avide de se faire disqualifier. Il serait en somme plus adéquat de l'appeler « le complice du pervers narcissique ».

Marqué par son narcissisme pathologique, le pervers narcissique peut « ignorer » son objet. Il peut ainsi se sentir envieux de la vitalité, de la pensée autonome, de l'intensité émotionnelle et de la créativité qu'il constate chez son complice, ce qui exacerbe sa possessivité et le conduit à se lancer « à la conquête du territoire » psychique de l'autre. En l'envahissant, il compte retirer toutes les gratifications et les récompenses narcissiques de la relation. Ce fonctionnement n'est pas rare chez les patients égocentriques qui, dans les situations d'instabilité, vont se sentir poussés à agir ainsi, afin de retrouver l'équilibre que leur soi exige. Ce soi ne supporte en rien d'être mis en cause dans « son caractère grandiose ». P.-C. Racamier (1978) avance que le pervers narcissique est au fond un psychotique sans symptômes et que c'est de la pression de sa psychose latente désorganisatrice qu'il cherche à se débarasser par l'acting out. La décharge, sur quelqu'un d'autre, de sa psychose (délégation) lui permet de rester « équilibré ». Il est ainsi question de « déprédation morale » (P.-C. Racamier, 1987) ».

Alberto Eiguer, Le pervers narcissique et son complice, 3ème édition, p.4-5, Dunod, 2003.

samedi 27 novembre 2010

147 - Mille tours, aucun phare

vendredi 26 novembre 2010

146 - Positions du plongeon

samedi 20 novembre 2010

145 - Cuirasse inutile

mercredi 17 novembre 2010

144 - Mauvaises luttes

dimanche 14 novembre 2010

143 - Aquarelliste du dimanche

vendredi 12 novembre 2010

142 - Vierge surchargée

jeudi 11 novembre 2010

141 - Poursuite

lundi 1 novembre 2010

140 - Crachoir

Le dernier Crachoir d'Yvang est paru. On peut le commander sur son site, ou se le procurer dès aujourd'hui, et lors d'une soirée de lancement prévue le 10 novembre à partir de 18h, à la librairie Le Monte-en-l'air, à Paris. Plus de détails sur ce collectif ici.